Il était une fois un puceron venu de l’Amérique du Nord, le phylloxéra, qui avait comme objectif de détruire les terroirs viticoles du monde entier. Cette petite bestiole avait décidé de bien empêcher aux humains de continuer leur production de vin et les français ont vu arriver la catastrophe sur leurs plantes. Au débout des années 1860, beaucoup de vignobles français avaient disparu…et avec eux leurs cépages !
C’est ainsi qu’aujourd’hui certains petits producteurs ont décidé de soigner des terrains pour pouvoir réhabiliter notre patrimoine viticole et surprendre les consommateurs. Dans les cépages on y retrouve :
– la Verdesse : cépage blanc qu’on retrouve dans la Vallée du Grésivaudan, au nord de Grenoble. Le vin produit avec ce cépage est généralement très alcoolique avec des arômes floraux;
– le Persan : cépage noir cultivé, à l’origine, en Savoie à Saint-Jean-de-Mauriènne et ensuite dans la Vallée de l’Arc. Le vin produit est tannique, riche en alcool et dégage des arômes de framboise ;
– la Jacquère : cépage qu’on retrouve en Savoie cultivé sur des terrese argilo-calcaires principalement. Le vin produit est léger, acide et l’on reconnaît des arômes floraux ;
– la Mècle ou Etraire de la Dhuy : cépage noir présent dans la région de Bourgoin (zone Rhône-Alpes, dans le sud-ouest). Le vin produit est tannique et riche.